Devenir écrivain : premier roman pour Catherine Martin

Devenir écrivain : premier roman pour Catherine Martin

Catherine Martin publie son premier roman grâce à the Artist Academy

Catherine Martin, 45 ans, a suivi les ateliers d’écriture en ligne The Artist Academy. Quelques mois plus tard, forte de ses acquis dans les masterclasses d’Éric-Emmanuel Schmitt et de Bernard Werber, cette comptable à l’export a concrétisé son rêve et publié son premier roman Le sang du Jasmin, aux éditions Jets d’encre.

Le choix de The Artist Academy

J’ai découvert leurs masterclasses par le hasard des algorithmes de Facebook. C’est moi, la fan d’écriture, mais c’est sur la page de ma sœur ainée que la publicité pour la masterclass d’Éric-Emmanuel Schmitt s’est affichée. La première fois, elle n’y a pas prêté attention, la seconde fois, elle a cliqué, regardé et m’a immédiatement transféré le lien avec juste 4 mots « c’est pour toi ! ».

 

Le format en masterclass vidéo pour apprendre à écrire

Suivre les cours sur internet, à mon rythme, c’est vraiment idéal, car j’habite loin de tout.

« J’aime ce face-à-face avec l’auteur. J’ai l’impression qu’il me parle, qu’il me donne un cours particulier. »

Son calme me calme, j’adore sa façon de présenter les choses, son empathie. Et puis, ne pas subir le regard des autres, quand on est peu sûre de soi, cela permet de se lâcher plus facilement.

Le choix parmi des écrivains de renom

 

Quand il était en seconde, mon fils – qui a toujours préféré les jeux vidéos à la lecture – m’a dit « maman, il faut absolument que tu lises Oscar et la dame rose d’Éric-Emmanuel Schmitt, c’est génial ». Son enthousiasme m’a évidemment interpellé. Quel auteur pouvait réussir à donner des envies de lecture à mon fils ! J’ai lu et j’ai compris. C’est donc tout naturellement que j’ai choisi sa masterclass. Mais, ensuite, j’ai suivi aussi celle de Bernard Werber pour avoir un autre regard, une autre approche.

 

Le résultat obtenu grâce aux masterclasses d’écriture

« La légitimité d’écrire et de publier. »

Une phrase d’Éric-Emmanuel Schmitt me porte : “Vous avez envie d’écrire, mais vous avez des doutes, et bien c’est parfait ! Car vous avez l’essentiel : l’envie et le doute. Une vie d’écrivain, c’est une vie de désirs et de remises en question”.

La première fois que je l’ai entendue, j’ai eu envie de pleurer. Enfin, quelqu’un me reconnaissait le droit d’écrire.

La concrétisation d’un rêve d’écriture

J’ai appliqué les conseils d’Éric-Emmanuel Schmitt à mon roman. Je l’ai entièrement repris. J’ai poussé mes recherches, affiné mon écriture et aujourd’hui, à peine 15 mois plus tard, il est fini. Mieux, il est édité ! Savoir que mon livre « Le sang du Jasmin », paru aux éditions Jets d’encre, va être lu par des inconnus me rend heureuse.

 

 

Quel a été votre parcours ?

J’ai toujours aimé écrire. Petite, je noircissais les pages de mon carnet de santé à tenter de recopier les lettres et les mots que j’y trouvais, sans savoir ce que cela voulait dire. J’étais fascinée par les pleins et les déliés ! Mes parents m’ont souvent répété que je voulais savoir écrire avant même de parler. Plus tard, comme j’étais souvent seule à la maison, l’écriture est devenue ma compagne de jeu. J’ai très rapidement commencé à écrire des petites histoires, je m’inventais des mondes. Écrire, c’est mon oxygène.

 

Comment avez-vous eu le déclic ?

Quand j’étais enceinte de mon fils, il y a 25 ans, j’avais commencé un roman. Mais, à cette époque, la réalité m’a rattrapée. Entre le travail, mon divorce, mon fils, j’ai enfoui ma passion dans un coin de ma tête. Et puis, l’année dernière, mon fils a quitté la maison, je me suis retrouvée seule. Un jour, en faisant des rangements, j’ai retrouvé ma boite à souvenirs et mes premiers écrits. Cela m’a donné envie de recommencer. Écrire a été une merveilleuse manière de ne pas sombrer dans le fameux « syndrome du nid vide ». Mais, seule, sans aide et sans conseil, je m’essoufflais, je n’y arrivais plus. Les cours en ligne de The Artist Academy sont tombés à point nommé pour me rebooster.

 

Un truc d’écriture ?

J’applique les conseils d’inspiration donnés par Éric-Emmanuel Schmitt. Avant d’écrire la moindre ligne, j’entreprends de longues marches autour du port de Roanne pendant lesquelles je “rêvasse”. Lors de ces balades, mon texte prend forme. Toute la structure se met en place, ensuite, de retour chez moi, j’arrive assez vite à poser mes lignes.

 

Et maintenant ?

Ces deux masterclasses m’ont permis de prendre confiance. Maintenant, je me donne le droit de faire. Tant et si bien que, pour mon second roman, je me lance dans un univers que je n’aurais jamais cru pouvoir attaquer : la Fantaisy !

Découvrez les histoires fantastiques de Julien Boissaye ou d’Anne-Lise Brochard qui ont, eux aussi, publié leur premier roman grâce à The Artist Academy.

 

Moi aussi je veux écrire mon roman !

Je m’inscris à la masterclass d’Eric-Emmanuel Schmitt

Je m’inscris à la masterclass de Bernard Werber

Je m’inscris à la masterclass de Douglas Kennedy

 

 

 « Le sang du Jasmin » est disponible à la vente sur Fnac.com et Amazon.

 

Résumé :

Janvier 2011. En Tunisie, un jeune homme s’immole. Bouleversée par son action, la population proteste. Chaque jour, les affrontements entre manifestants et forces de l’ordre sont plus violents ; chaque jour, la révolution du Jasmin prend plus d’ampleur. C’est pour couvrir les évènements que Léna, 34 ans, accompagnée d’amis journalistes, se rend sur place. Et son cœur saigne au spectacle qu’elle découvre. Car, dix ans plus tôt, sur ces terres ocre et enchantées, elle a vécu une violente passion avec un homme qu’elle n’est jamais parvenue à oublier. Alors que le peuple tunisien lutte pour s’affranchir de ses chaînes, Léna parviendra-t-elle à se défaire des fantômes de son passé ?

Entre troubles sociétaux et sentiments violents, Catherine Martin conte avec subtilité la force des passions – pour un homme, pour un pays, pour la liberté – qui, aussi destructrices puissent-elles être, donnent toute sa valeur à nos existences.

À lire également