Devenir écrivain : Julien Boissaye publie son 1er roman grâce à The Artist Acade

Devenir écrivain : Julien Boissaye publie son 1er roman grâce à The Artist Acade

Julien BOISSAYE, 38 ans, a tenté l’aventure The Artist Academy. Quelques mois plus tard, fort des conseils acquis dans les masterclasses d’Éric-Emmanuel Schmitt et Bernard Werber, ce manager commercial dans une PME a franchi le pas et publié son premier roman Le syndrome de la dernière page, chez Amazon éditions. www.julienboissaye.com

Le choix des masterclasses écriture

J’ai commencé avec Éric-Emmanuel Schmitt et j’ai poursuivi avec Bernard Werber.

Les deux masterclasses sont complémentaires.

A travers ses vidéos, Éric-Emmanuel Schmitt fait le tour de la création et de l’écriture. Il nous apprend « la patience de la passion » et nous explique le processus à suivre.

Bernard Werber a une démarche beaucoup plus intellectuelle, il nous livre des techniques pour aller creuser dans nos moi profonds des idées et des histoires.

 

Qu’avez-vous pensé du format vidéo ?

Le principe du Face-To-Face est parfait. On oublie l’écran, on a l’impression de suivre un cours particulier.

Une véritable complicité s’installe entre l’auteur et nous.

Et puis, j’adore cette liberté d’action. On suit les cours à son rythme, on peut revenir quand on veut sur les vidéos. C’est d’autant plus important qu’on ne peut pas se consacrer à temps complet à cette formation, il faut gérer le quotidien !

 

Quel est le résultat de ces masterclasses écriture ?

Le gain en confiance !

Éric-Emmanuel Schmitt et Bernard Werber nous insufflent de la confiance en nous, ils nous valorisent et confirment notre légitimité à tous, à écrire.

La concrétisation d’un rêve grâce à The Artist Academy

La masterclass à peine terminée, j’ai renoué avec l’écriture et je n’ai plus lâché mon clavier d’ordinateur jusqu’à mettre le point final de mon premier roman Le syndrome de la dernière page.

Je suis allé au bout de mon rêve puisque je l’ai autopublié.

Depuis fin décembre 2019, il est en vente sur différentes plateformes et les retours des lecteurs sont bons.

 

Parlez-nous de votre parcours ?

Adolescent, je voulais devenir scénariste. Allier l’image et le texte, c’était tout ce que j’aimais. Faire vivre des personnages sous ma plume tout en les projetant sur un écran, j’adorais cela. A 20 ans, je terminais mon premier long métrage. Un responsable des fictions sur une chaine de télévision a lu mon scénario et m’a dit « C’est bien, c’est riche, c’est construit, mais, si tu veux réussir, tu dois choisir entre tes études de commerce et ce métier ». J’ai choisi de poursuivre mes études de commerce, j’ai posé mon stylo et je n’ai plus écrit jusqu’à ce que je découvre The Artist Academy.

Quel a été votre déclic ?

En réalité, l’envie d’écrire me titillait depuis quelque temps. Je m’ennuyais un peu dans ma routine quotidienne, alors, j’avais commencé à écouter les podcasts d’écrivains, je me prenais à imaginer des scènes. Cette passion que j’avais enfouie au plus profond de moi ressurgissait doucement. Quand mon père m’a parlé de The Artist Academy, j’ai su que je devais reprendre mon stylo.

Un truc d’écriture ?

J’écris toujours en musique. Je la choisis en fonction de l’ambiance que j’ai envie de créer à ce moment-là dans mon récit. Elle est mon fil rouge. Elle me donne le rythme, l’intensité, la couleur du chapitre en cours.

Et maintenant ?

J’ai commencé les recherches pour mon prochain livre. Ces masterclasses m’ont aidé à traverser cette période un peu terne de ma vie. J’ai retrouvé le plaisir de faire des choses pour moi. Encore merci pour cette exceptionnelle opportunité que vous nous offrez, grâce à votre entreprise, de pouvoir rêver à l’impossible.

Le syndrome de la dernière page aborde le sujet du sens que l’on donne à sa vie. Peu importe votre âge, votre sexe, si vous aimez lire ou non, cette histoire et ces personnages vont vous emmener à réfléchir sur le sens de votre vie.

Résumé :

Quand avez-vous réfléchi au sens de votre vie pour la dernière fois ?

Paul Fallois, à l’aube de la quarantaine, décide de plaquer sa carrière de cadre pour réaliser son rêve : devenir écrivain à succès.

Son premier roman, qui relate les derniers mois de la vie de Raphaël, un ancien camarade de lycée qui s’est suicidé en 1998, rencontre un succès international en quelques mois.

Mais cinq ans plus tard, le 14 février 2019 à Hollywood, la sublime Bambi s’apprête à lui faire des révélations glaçantes au sujet de la mort de Raphaël, avant d’être stoppée par une tragédie qui changera tout.

Qu’avait-t-elle découvert ?

Raphaël a-t-il été assassiné ?

Et quel rôle a joué Paul Fallois dans ce drame ?

Moi aussi je veux écrire mon roman !

À lire également