Guide d’écriture : Les styles minimalistes et maximalistes

Au milieu et à la fin du vingtième siècle, les écrivains et les critiques ont commencé à classer la littérature en deux catégories : minimaliste et maximaliste. Les œuvres minimalistes et maximalistes ont des caractéristiques uniques qui contribuent à la façon dont les récits sont écrits et interprétés. L’écriture maximaliste a tendance à être élaborée et excessive. Elle utilise de longues phrases, répandant des métaphores et des comparaisons. En revanche, l’écriture minimaliste est nette et peut être liée. Elle est plus économe dans son imagerie. Vous souhaitez apprendre ces deux styles d’écriture ? Pour vous aider, la rédaction vous livre ce guide d’écriture entre le style minimaliste et l’écriture maximaliste.

Qu’est-ce qu’un style d’écriture minimaliste ?

Le style d’écriture minimaliste est un style d’écriture caractérisé par :

  • la focalisation sur une chose bien spécifique ;
  • une écriture souvent sans ornements ni fioritures, peu descriptive ;
  • une histoire simple.

Le minimalisme littéraire a tendance à être concis, permettant aux lecteurs d’utiliser son imagination pour compenser le manque de verbiage. Le minimalisme est parfois considéré comme un rejet ou une rébellion contre le postmodernisme, se concentrant sur des fragments de vie et le contexte général plutôt que sur les conventions littéraires.

Qu’est-ce que l’écriture maximaliste ? 

L’écriture maximaliste est un style d’écriture à la fois large et complexe. Elle consiste à impliquer de nombreuses méthodes et éléments littéraires différents. Le maximalisme est apparu dans les romans américains contemporains dans les années 1970 et n’est devenu populaire en Europe qu’au 21e siècle. Ce style d’écriture est souvent rencontré dans les livres postmodernes, qui sont parfois plus dégressifs et généreux avec les métaphores, descriptions et autres langages figuratifs, couvrant une gamme plus complète de sujets et d’exploration émotionnelle.

De nombreux fournisseurs de théorie littéraire proposent des définitions contradictoires sur la véritable incarnation du style maximaliste. Parmi eux, nous pouvons citer Nick Levey (auteur de « Maximalism in Contemporary American Literature: The Use of Details" publié en 2016), Stefano Ercolino ("Minimalism Novels: From Thomas Pynchon's Gravity Rainbow to Roberto Bolaño's 2666 »), et d’autres comme Franco Moretti et Tom LeClair.

L'ATELIER D'ÉCRITURE

PASS ILLIMITÉ

Assimilez les méthodes et les techniques des plus grands auteurs grâce au Pass illimité qui vous donne accès à tous les cours d’écriture actuellement disponibles + ceux à venir.

Quelques exemples d’écritures minimalistes et maximalistes

Exemples d’écriture minimalistes

  • Eoin McNamee-Homme de la résurrection : le père de Ryan est décédé en décembre. Sa mère l’a appelé tôt le matin. Ton père est mort pendant la nuit, dit-elle. Sa voix était lasse. C’était juste une autre chose que son mari avait faite pour l’alarmer. C’était la nouvelle d’une liaison. Il était assis à la table de la cuisine avec lui pendant qu’il expliquait pourquoi ils n’avaient pas d’argent.
  • Leïla Slimani-Berceuse : Ses corvées accomplies, elle s’assoit sur le canapé et s’assoupit. Elle ne sort pas de l’appartement toute la semaine et passe chaque jour dans le salon, avec la télévision allumée. Elle ne dort jamais dans le lit de Paul et Myriam. Elle dort sur le canapé. Pour ne pas dépenser d’argent, elle mange tout ce qu’elle trouve dans le frigo et commence par les réserves du garde-manger. Myriam n’a probablement aucune idée de ce qu’il y a dedans de toute façon.

Exemples d’écriture maximalisme

  • La version de John Updike-Roger : Ses pieds s’étaient élargis et étaient devenus simples pendant ces quatorze années de mariage, mais depuis qu’ils ont acquis leurs ongles tordus et leurs callosités jaunes à mon service, dans l’accomplissement des tâches de notre maison commune, il y a pour moi une certaine beauté touchante en eux. Nos os s’étendent, le tricot de notre chair se desserre, peu importe notre régime alimentaire.
  • Sarah Perry – The Essex Serpent : Ils atteignirent l’eau. La marée était basse. La boue et les galets brillaient dans la lumière de l’ouest, et quelqu’un avait enroulé les ossements de Léviathan dans des branches jaunes de genêt. Le carex poussait en gerbes pâles et douces qui scintillaient lorsque le vent les emportait ; un peu plus loin, ils entendirent le grondement profond et invraisemblable d’un mordu. L’air était doux et clair : il entrait comme du bon vin.